21.04.2020

Il faut une équipe pour produire de bons légumes suisses

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 21.04.2020

La main-d’œuvre sur les champs de légumes se trouve actuellement au centre de l’attention médiatique. En effet, les restrictions de voyage en Europe pour lutter contre le coronavirus provoquent des incertitudes quant à la possibilité des collaborateurs étrangers d’entrer en Suisse ces prochaines semaines. Beaucoup de gens ont pris conscience de ce problème et se sont annoncés pour proposer leur aide. « Nous sommes impressionnés par la grande solidarité de la population suisse avec l’agriculture. Nous ne nous attendions pas à autant de propositions », souligne Matija Nuic, le directeur de l’Union maraîchère suisse (UMS). Cette dernière remercie les personnes qui souhaitent s’engager sur les champs, mais malheureusement toutes ne peuvent pas être placées. Le travail est en effet physiquement exigeant et il faut être en forme. De plus, il faut être persévérant et robuste car les journées de travail sont longues et les maraîchères et les maraîchers sortent par tous les temps. Une motivation élevée est aussi nécessaire, le salaire minimum pour un collaborateur sans formation et sans expérience s’élevant à CHF 3300.- par mois. Consciente de cette problématique, l’UMS s’est régulièrement engagée pour une hausse des salaires auprès des partenaires sociaux ces dernières années. En outre, elle demande, aussi depuis des années, une harmonisation et une réduction du temps de travail dans l’agriculture au niveau national, malheureusement sans succès jusqu’à présent.
 
L’élaboration d’une nouvelle campagne de communication a débuté il y a une année. Cette campagne invite la population à traverser les quatre saisons avec les maraîchères et les maraîchers. Des photos ont été prises chaque mois afin de présenter autant que possible toutes les cultures maraîchères et toutes les régions de Suisse. La diversité et l’étendue des travaux peuvent ainsi être montrées. Les maraîchères et maraîchers avec leur collaboratrices et collaborateurs sont au centre des photos. Elles et ils s’engagent par tous les temps pour produire des légumes frais. Chaque photo transmet un message permettant au public d’enrichir ses connaissances sur la culture maraîchère. « Nous avons constaté que l’intérêt de la population pour l’agriculture augmentait, mais que les connaissances sur cette dernière ainsi que les liens avec le monde rural se perdaient de plus en plus. Par conséquent, nous avons souhaité remédier à cette situation avec notre nouvelle campagne de communication », explique Jean-Luc Pecorini, le président de la commission du marketing.
 
Le photographe de renom Alberto Venzago a capturé l’engagement des maraîchères et maraîchers avec beaucoup de sensibilité et de précision, créant ainsi une attrayante série de photos et de spots s’échelonnant sur 12 mois. Initialement, l’UMS souhaitait présenter la nouvelle campagne dans le cadre d’un vernissage le 27 mars. Cette manifestation a évidemment dû être annulée. L’UMS invite à présent les journalistes et la population à une découverte virtuelle de la campagne.
Swiss Diva
Suisse naturellement