02.06.2017

Succès de la journée nationale de découverte de la profession

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les jeunes peuvent-ils s’enthousiasmer pour la profession de maraîcher ? C’est ce que voulait découvrir l’Union maraîchère suisse lors la journée nationale de découverte de la profession qui s’est tenue le 30 mai. Nous nous sommes rendus sur cinq exploitations et avons questionné les jeunes sur le choix de leur future profession. La journée nationale a permis à 30 jeunes de découvrir activement la profession de maraîcher.

Lorsque nous arrivons sur l’exploitation Biohof Heimenhaus, Olga Hänni, qui prépare sa maîtrise, explique à Ives (37) et à Beat (20) les différents travaux effectués en plein champ. Tous deux sont intéressés à faire un apprentissage de maraîcher comme deuxième formation. Ives travaille dans le commerce de vin. Il indique qu’il souhaite être dans la nature et produire quelque chose de sain et que l’idée de travailler dans la culture maraîchère ne le quitte plus depuis quelques années. Quant à Beat, il veut reprendre l’exploitation familiale et voit son avenir dans la culture maraîchère. Beat et Ives ne sont pas les seuls à envisager de faire un apprentissage de maraîcher comme deuxième formation. 50% des apprenants suivent cette voie actuellement, parce qu’ils souhaitent apprendre une profession en contact avec la nature.
 

Olga Hänni montre les cultures de plein champ à Yves et à Beat.
 
Sur l’exploitation Biohof Müller à Bibern dans le canton de Soleure, nous rencontrons deux jeunes âgés de 17 et 26 ans provenant d‘Afghanistan. Ils sont assis sur le tracteur avec de gros yeux et observent attentivement comment faire fonctionner la herse. Ils sont tous les deux à la recherche d’une place d’apprentissage. Pour eux, la journée de découverte est une occasion idéale pour apprendre à mieux connaître la profession de maraîcher.
 
Chez Max Schwarz SA à Villigen, nous rencontrons Ives (12) et Eric (15) qui sont en train de découvrir les jeunes plants. Les nombreuses machines modernes sur l’exploitation les intéressent particulièrement. Ils ne savent néanmoins pas encore s’ils opteront pour un apprentissage de maraîcher.
 
Lorsque nous rencontrons Anja (15), elle est en train de désherber les cultures de basilic sur l’exploitation de Fredy et de Pirmin Umbricht. Le travail lui plaît beaucoup. Avec un propre magasin et 3 ha de vignes, les activités sont en effet très diversifiées sur l’exploitation Wein-und Gemüsehof Umbricht.
 
Sur l’exploitation Rütihof de Paul et Ruedi Meier, les tomates mûrissent sous serre. Ce jour-là, les machines d’emballage fonctionnent à plein régime. Le chef d’exploitation, Ruedi Meier, explique la formation de trois ans au jeune du village voisin qui s’intéresse à la culture maraîchère.
 
Nous sommes évidemment curieux de savoir qui choisira de suivre une formation de maraîcher en fin de compte. Ce qui est sûr, c’est que la branche maraîchère n’a pas seulement besoin de ces 30 jeunes pour assurer la relève, mais d’environ 60 apprentis terminant leur formation chaque année. L’UMS remercie toutes les exploitations qui ont pris le temps de présenter la diversité de cette profession d’avenir aux jeunes intéressés.
Swiss Diva
Suisse naturellement