23.08.2018

L’UMS salue le rejet de l’initiative contre la protection phytosanitaire

Le Conseil fédéral rejette l’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » et renonce à un contre-projet direct. Pour tenir compte des revendications de l’initiative, il souhaite intégrer un train de mesures dans la consultation sur la Politique agricole à partir de 2022. L’Union maraîchère suisse salue cette manière de procéder et prévoit de son côté de prendre des mesures supplémentaires en matière de protection phytosanitaire.

Le Conseil fédéral rejette l’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». Cette initiative vise à interdire les produits phytosanitaires de synthèse dans la production et la transformation de produits agricoles et dans l’entretien des sols et du paysage. De plus, l’importation commerciale de denrées alimentaires contenant des produits phytosanitaires de synthèse ou ayant été fabriquées à l’aide de tels produits serait interdite. Le gouvernement a estimé que l’initiative restreignait trop fortement la marge de manœuvre du secteur agroalimentaire suisse et influerait massivement sur l’offre ainsi que sur la diversité des denrées alimentaires. Les activités en cous pour minimiser les risques des produits phytosanitaires doivent être complétées et renforcées dans le cadre de la Politique agricole à partir de 2022 (AP22+).

L’UMS salue la manière de procéder du Conseil fédéral
Avec cette manière de procéder, le Conseil fédéral poursuit systématiquement la voie dans laquelle il s’est engagé à la mi-juin avec sa prise de position sur l’initiative pour une eau potable propre. L’Union maraîchère suisse (UMS) salue cette manière de procéder et partage la position du Conseil fédéral sur les deux initiatives. La production de légumes en quantité suffisante et dans la qualité souhaitée ne serait pas possible en Suisse sans utilisation ciblée de produits phytosanitaires. L’UMS soutient aussi les efforts du Conseil fédéral pour minimiser les risques des produits phytosanitaires dans le cadre de la PA22+.

Innover au lieu d’interdire
L’UMS est consciente des risques des produits phytosanitaires et a déjà pris diverses mesures sur une base facultative dans ce domaine par le passé. Dernier exemple : le projet pilote de robot de traitement qui devrait permettre de réduire l’emploi de produits phytosanitaires de 40 à 70%. Les maraîchers et les maraîchères s’efforcent de contribuer à la minimisation des risques avec des innovations et des solutions sectorielles. Pour ce faire, ils et elles ont néanmoins besoin d’une marge de manœuvre entrepreneuriale, marge de manœuvre qui serait justement compromise par les deux initiatives.
Swiss Diva
Suisse naturellement