18.12.2018

L’UMS est satisfaite du message sur l’initiative pour une eau potable propre

Le Conseil fédéral a transmis aujourd’hui le message sur l’initiative pour une eau potable propre au parlement. Il rejette l’initiative et renonce à un contre-projet. À la place, les mesures en matière de protection phytosanitaire doivent être renforcées et complétées dans le cadre de la politique agricole à partir de 2022. L’Union maraîchère suisse (UMS) salue cette manière de procéder. Elle entend contribuer à continuer à réduire les risques des produits phytosanitaires avec de propres mesures.

Dans le message publié aujourd’hui, le Conseil fédéral met en garde contre les répercussions négatives massives de l’initiative pour l’agriculture suisse et pour la sécurité alimentaire. Sur de nombreuses exploitations touchant des paiements directs, la production baisserait suite à la renonciation aux produits phytosanitaires et à l’achat d’aliments fourragers. En outre, le risque d’une pollution accrue de l’environnement par une intensification de la production agricole augmenterait, si un grande nombre d’exploitations abandonnaient le système des paiements directs et n’étaient par conséquent plus obligées de respecter les exigences des Prestations écologiques requises (PER).

L’UMS développe activement des solutions applicables
Le Conseil fédéral recommande au parlement de renoncer à un contre-projet direct ou indirect. À la place, il souhaite renforcer et compléter les mesures en matière de protection phytosanitaire dans le cadre de la politique agricole à partir de 2022. L’UMS salue cette manière de procéder. Convaincue qu’il ne suffit pas de rejeter l’initiative et qu’il faut prendre au sérieux les revendications qu’elle véhicule, l’UMS développe activement des mesures allant plus loin que le plan d’action du Conseil fédéral et permettant une utilisation encore plus modérée de produits phytosanitaires.
Swiss Diva
Suisse naturellement